L’attirail des protections contre les insectes

Protection anti-mouche, de chez KramerVoilà qui protège contre les mouches. Mais si un guépard passe dans le coin...

Avec l’arrivée de l’été, on reprend les longues sorties nature, on se permet de grands galops sur les chemins à nouveau praticables, on quitte le manège pour la carrière, et que sais-je encore. Mais on voit aussi nos loulous se faire assaillir de toutes sortes d’insectes, avec les multiples problèmes que cela engendre : eczéma, grattement intempestif, perte de poils. Pour lutter contre ces nuisibles, on a le choix entre les produits – essentiellement des répulsifs à insectes en prévention et des anti-démangeaisons ; ou les protections physiques, auxquelles sont consacrées cet article.

Déguiser son cheval en cosmonaute ?

Protection anti-mouche, de chez Kramer

Voilà qui protège contre les mouches. Mais si un guépard passe dans le coin…

La combinaison anti-moustique n’est pas la protection la plus élégante, mais c’est conteste la plus efficace : l’insecte ne peut physiquement pas atteindre le cheval (cela vaut uniquement si la combi est à la bonne taille et bien ajustée au cheval, bien entendu). Utiliser des protections corporelles contre les fléaus de l’été permet donc d’éviter d’asperger son cheval de produits chimiques et de le protéger à coup sûr. Par contre, ils peuvent le gêner, voire causer de petites plaies.

Parlons d’abord de l’environnement

Toutes les environnements ne sont pas égaux : il est des régions qui favorisent la propagation de toutes sortes d’insectes, tandis que d’autres y échappent presque totalement.

En général, les prés et paddocks sont les plus propices aux insectes, en particulier en cas de point d’eau à proximité. Pour l’aider à lutter contre les insectes, des crins fournis, un ami pour se soulager réciproquement tête-bêche, et un abri sont indispensables. Si tout cela ne suffit pas, les protections présentées dans cet article lui donneront un coup de pouce supplémentaire.

Côté écurie, un ramassage fréquent du fumier et un changement régulier des litières permet en général d’éviter la prolifération des insectes. Si ces mesures ne suffisent pas, on peut – pour éviter d’emmitouffler l’animal – installer des moustiquaires sur les portes des boxes.

Que cherchent les insectes ?

Les insectes n’attaquent pas tout le corps du cheval. Ils se nourrissent en particulier dans les zones sensibles comme la peau du ventre, l’intérieur des cuisses, la nuque, la crinière, le garrot, ou la naissance de la queue.

C’est pourquoi nous ne voyons pas de protections pour les membres.

Panorama des protections corporelles anti-insectes

Le bonnet anti-mouches : avant d’être un accessoire de mode, le bonnet permet d’éviter que des mouches ne s’installent dans les oreilles du cheval. Ces bonnets sont parfois équipés de longues lanières qui retombent comme une extension de toupet sur le chanfrein du cheval. C’est d’ailleurs précisément sa fonction d’étendre l’action du toupet.

Le fly mask ou masque anti-mouches : votre cheval a les yeux rougis par les mouches ? Le fly mask est indiqué pour protéger ses yeux. Perso, il m’a permis de soulager ma jument dont les yeux étaient rougis par l’attaque des mouches. En revanche, j’ai trouvé plusieurs témoignages de personnes dont les chevaux s’étaient blessés à cause de mouches passées sous le masque. Les masques avec protection des naseaux sont indiqués pour limiter l’agacement des chevaux au travail.

Chemise anti-mouche : une chemise protégeant le dos le poitrail et les fesses du cheval. Sur certains modèles, des rabats permettent de fermer la chemise sous le cheval et de couvrir son ventre. Ces chemises sont parfois vendues avec un couvre-cou assorti. Attention, si l’on choisit un tel ensemble, de s’assurer qu’il ne subsiste pas d’ouverture entre le couvre-cou et la chemise au niveau du garrot. Sinon, c’est la porte ouverte aux mouches et aux petites plaies de couvertures.

Combinaison intégrale : avec une chemise intégrant un couvre-cou cousu, pas de séparation au niveau de l’encolure et moins de risques de fuite qu’avec un ensemble couverture + un couvre-cou séparé. Ajoutons-y un fly mask et les insectes n’auront plus grand chose à se mettre sous la dent.

Les matériaux, leurs qualités, leurs fonctions

Masque anti-mouches Felix Bühler

Un masque anti-mouche en résille, qui protège sans étouffer.

Des matériaux synthétiques et respirants : la période des mouches et autres insectes est une période chaude. On recherche donc des tissus léger et respirant qui empêchent les bestioles nuisibles de passer sans étouffer notre loulou. On trouvera donc plutôt des matériaux synthétique type polyester, et des résilles ou autres tissus alvéolés : plus les ouvertures sont minces, moins les insectes passent, cela va de soi.

Découpe anatomique : outre l’assurance d’une taille adéquate de la chemise, une découpe anatomique est toujours à privilégier dans la mesure du possible. Les blessures par frottement arrivent vite ! Pour peu qu’elles s’installent dans une zone clé comme le garrot, le cheval ne pourra plus être monté pendant temps. C’est ainsi qu’on trouve aussi des matériaux doux et épais pour protéger les zones de frottement (notamment le garrot et derrière les oreilles. Il peut s’agit de moumoute synthétique, de polaire, ou de mouton véritable.

Anti-UVs : certains chevaux ont la peau qui réagit fortement au soleil, forme des croûtes ou autres lésions. C’est souvent le cas des chevaux à la peau rose. On parle de photosensibilisation. Sachez alors que certaines protections sont conçues de manière à protéger contre les UVs. Les chevaux aux yeux bleus sont généralement plus sensible au soleil que les autres.

La solidité : un critère de choix pour un cheval au pré. Certains loulous sont passés maîtres dans l’art de vous bousiller une couverture. Si votre cheval est de ce type, renseignez-vous sur la résistance de la couverture que vous convoitez. Cela dit, il faut garder à l’esprit qu’on ne peut pas imposer une armure indestructible à un tel cheval : on préfère que ce soit la couverture qui se déchire…

Pour le cheval au travail : un cheval agacé par des mouches ne travaille pas bien, ne se décontracte pas et s’occupe davantage de chasser les insectes que de son cavalier. Il existe pour cela des chemises et des combinaisons légères avec une découpant supportant l’utilisation d’une selle. Si ce genre d’équipement résoud le problème au manège, il est à éviter en extérieur, où les branches écorcheront la chemise et l’accrochage effraiera le cheval.

Crédit photo : Kramer

Si vous avez des retours d’expérience à partager sur des produits ou équipements destinés à empêcher les insectes de bouffer nos loulous, n’hésitez pas à commenter ou à me contacter.

Partager cet article →Share on Google+Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on Twitter

5 commentaires

  1. Article super complet ! 🙂
    Mais je n’aime pas trop tout ce qui est masque et couverture à laisser au pré, un accident est si vite arrivé. Mais je conçois que dans certains cas, c’est tout de même bien utile !

    Et c’est vrai qu’au travail, c’est infernal ! Ma Louloute est tellement concentrée sur les mouches que je n’existe plus. Mais bon, c’est les aléas des beaux jours… ;).

    Et je me contente de mon anti-mouche maison :P.

  2. merci 😀
    Oui, clairement, les couvertures n’ont pas que des avantages, loin de là… Mais en dehors du travail, au pré, y a pas trop le choix pour un cheval vraiment sensible ! Un anti-mouche, faudrait renouveler l’application 2 fois par jour :/ Après, un cheval solide, fourni en crin et en abri ne devrait pas trop souffrir des mouches en temps normal… Faudra que je teste ton anti-mouche ^^

  3. Oui voilà, c’est ce que je disais, dans les cas extrêmes où le cheval a une très grande sensibilité aux bestioles (je pense aux allergies dues aux piqûres notamment) la couverture est une aubaine. Mais les bestioles font partie des beaux jours, et on a un peu tendance à les surprotéger ;).

    Je viens de voir que tu as trouvé l’article de l’anti-mouche sur mon blog, j’espère qu’il sera efficace pour ta Louloute ;D.

  4. Et moi donc ! Va falloir attendre les mouches par contre, parce qu’elles ne gênent pas franchement pour l’instant. Héhé, la vie est injuste :p

  5. Complètement injuste ! Nous on est blindés de mouches et compagnie depuis le mois de mars, bouuuuh :P.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *