Le tapis de selle à la loupe

Le chabraque avec "Correction fix" de Mattes

Le tapis de selle, un choix simple ? Ce basique de la sellerie se décline dans des formes et des matériaux variés qui peut laisser le débutant dans le doute. Dans cet article, étudions à la loupe les caractéristiques du tapis de selle.

Un tapis de selle, pour quoi faire ?

Contrairement à une idée souvent répandue, le tapis n’a pas pour but de protéger le dos du cheval. Eugénie nous explique qu’il protège la selle et plus spécifiquement le cuir de la selle qui s’abîme au contact de la sueur du cheval.

La forme

Il existe deux formes de base :

  • La forme chabraque, avec quelques variantes (Par exemple, un tapis de dressage sera plus grand, rapport à la longueur des quartiers d’une selle de dressage.)
  • La forme de selle, avec également quelques variantes (dressage, CSO, etc. Toujours selon la forme de la selle qui se place au-dessus.)

La ligne de dos

La découpe de la colonne vertébrale est un aspect important du tapis de selle. Elle doit être adaptée au dos du cheval pour éviter les pressions sur ce dernier.

Chabre découpe droite : à réserver aux chevaux sans garrot

Chabre découpe droite : à réserver aux chevaux sans garrot

Chabraque avec ligne de dos dégarrotée

Chabraque avec ligne de dos dégarrotée

(Crédit photo : Padd)

Fonctions spéciales

On trouve certains tapis dotés de fonctions spéciales…

Les passants

Les passants situés près du garrots se scratchent autour des contre-sanglons et servent à garder le tapis bien dégarroté pendant la séance. Les passants situés au niveau du passage de sangle s’attachent, je vous le donne en mille… autour de la sangle. Ils permettent de maintenir le tapis en place.

Système correcteur

Certains fabricants (Mattes, pour ne citer que cette marque, mais on en trouve d’autres), proposent des tapis dans lequel on peut insérer un rembourrage différent à droite et à gauche. Ils permettent, dans certains cas, de rééquilibrer une selle mal adaptée.

Le chabraque avec "Correction fix" de Mattes

Les poches

Pour les chabraque « de randonnée », on trouve souvent des poches à l’arrière. Je le mentionne, parce que c’est courant, mais perso je n’y vois que des inconvénients. En ajoutant du poids à l’arrière du tapis, on est assuré de peser sur la colonne vertébrale, ce qui est à éviter à tout prix. Aussi, pour embarquer un sandwich en balade, mieux vaut investir dans des fontes. En bonus, elle sont plus faciles d’accès…

La matière

On la choisit pour le confort du cheval, sa facilité d’entretien et son prix. Côté confort, bien évidemment, c’est la matière de la doublure qui prime…

Coton

Le plus courant : facile à entretenir et hypoallergénique.

Mouton

Hypoallergénique, réputé agréable et confortable pour le cheval, mais pas facile d’entretien.

Mouton synthétique

Le mouton véritable restant peu abordable, on trouve parfois du mouton synthétique sur les tapis et les amortisseurs. Il est dans la majorité des cas composé de polyester. S’il est beaucoup plus facile d’entretien que le mouton véritable, ce matériau est aussi moins durable.

Nid d’abeille en polyester

Dans les tapis en synthétique, les tapis Haf par exemple, la face côté cheval est parfois de type nid d’abeille (les noms varient selon les brevets des fabricants). Ces tapis sèchent vite et évacue bien la transpiration. Super pratiques et plébiscités dans certaines disciplines (en particulier randonnée et jumping), ils présentent tout de même souvent le désavantage d’être un peu épais, et peuvent ainsi perturber.

La couleur et les ornements

Aujourd’hui, le tapis, c’est fashion. Le chabraque, pièce large et bien visible au milieu du cheval, est l’accessoire idéal pour qui souhaite composer un ensemble assorti. Du coup, il se décline en une impressionnante palette de couleurs, se brode, s’orne de cordelettes, de strass ou de perles. Et pour les plus perfectionnistes en recherche de singularité ou d’une mode à petit prix, il y a toujours la possibilité de customiser un tapis basique.

RAS, si ce n’est qu’il faudra se rappeler que pour conserver un tapis longtemps, il faut pouvoir le nettoyer régulièrement : vérifiez la facilité d’entretien de votre futur tapis à strass…

L’entretien

Comment garder longtemps son tapis de selle aussi beau qu’à l’achat ? Dans les détails, cela dépendra des matériaux (suivez les conseils du fabricant…), mais d’une manière générale, voici quelques indications :

  • Brossez-le pour retirer la poussière et les poils. Au-delà de l’hygiène du tapis en lui-même, il s’agit aussi de l’hygiène de tous les équipements (et vêtements) qui entreront en contact avec. Un coup de brosse après chaque séance de travail et tout restera net. C’est aussi la garantie de ne pas abîmer votre machine à laver.
  • Si le matériau le supporte, passez votre tapis débarrassé des poils morts en machine. Sinon, nettoyez-le selon les indications du fabricants.

Partager cet article →Share on Google+Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *