L’emploi des longues rênes, par Philippe Karl

La première fois que j’ai ouvert ce livre, je n’y ai absolument rien compris.

« L’emploi des longues rênes » est un ouvrage à la fois mince et dense. Il se présente comme le livre de référence en matière de longues rênes, et il faut avouer qu’il est assez unique en son genre !

Un ouvrage de référence sur l’emploi des longues rênes

Voilà ce que nous apprend le résumé du livre :

Si les livres d’attelage traitent d’un emploi sommaire des longues rênes, en général ceux d’équitation ne les évoquent même pas. Pétri d’expérience, l’ouvrage de Philippe Karl comble admirablement cette lacune. II aborde tous les aspects du sujet: des doubles longes pour les bases et à l’obstacle, jusqu’aux longues rênes en haute école. Le propos est constamment relié à la connaissance du cheval et au travail en selle. Le style est simple, pratique, abondamment illustré, ce qui fait de cet ouvrage LE livre de référence sur le sujet

L'emploi des longues rênes, par Philippe Karl

L’emploi des longues rênes, par Philippe Karl

Un lien étroit entre la théorie et la pratique

L’ouvrage démarre par une partie théorique, avec un bref historique, ainsi que les notions de locomotion, d’équilibre et de progression gymnastique du cheval qui permettent de mieux aborder la pratique. Comme j’écrivais en introduction, cette partie théorique m’a semblée vraiment dense à lire et à assimiler. Si vous êtes comme moi, vous voudrez vous armer de concentration et de jus de cerveau. Le fait que la partie pratique s’appuie sur une théorie solide fait tout l’intérêt du livre.

Qui peut l’utiliser ?

S’il comporte une première partie théorique assez touffue, « L’emploi des longues rênes » est aussi très concret. Il développe en effet toutes les étapes et exercices de l’initiation à la haute école en longues rênes. Est-ce possible alors de l’utiliser comme un guide pratique pour s’initier aux longues rênes en autodidate ?
Philippe Karl décrit chacun des mouvements à exécuter par ordre chronologique dans le dressage (ou la « progression gymnastique »). Ses descriptions sont détaillées dans la forme que l’on souhaite obtenir, et dans les aides à mettre en place. Mais contrairement à un guide comme la méthode La Cense, je ne pense pas qu’il puisse être applicable facilement sans aucune connaissance préalable en équitation. Mais pour quelqu’un qui a de bonnes bases de travail du cheval dans d’autres disciplines que les longues rênes,

Et pour le plaisir des yeux

Dernier point : ce petit bouquin est un régal pour les yeux. En plus de ses descriptions détaillées et de ses nombreux schémas explicatifs, « L’emploi des longues rênes » est rempli de superbes photos de Philippe Karl en action avec des magnifiques chevaux. De quoi laisser longtemps rêveur l’aspirant au dressage en longues rênes !

Partager cet article →Share on Google+Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on Twitter

6 commentaires

  1. Pendant un temps je me suis dit « j’le prends, j’le prends pas… ». Puis finalement non, sûrement trop complexe pour Kalinka et moi ^^. Nous on fait des longues rênes en balade, parce que Kalinka adore être devant, alors soit. Mais rien de transcendant.

    Puis surtout, je doute de pouvoir appliquer ce qui est dit dans ce livre, quand maintenant je travaille ma grosse sans-mors (bien que selon moi, tout ce qui est faisable avec, et faisable sans, seulement, il faut aborder les choses autrement) :P.

  2. C’est super sympa une balade en longues rênes ! C’est sûr qu’en longues rênes, il y a de quoi se faire plaisir sans aller jusqu’à la haute école… 🙂

  3. Oh, merci Marie Laure, je n’en avais même pas entendu parler de celui-là ! Le peu que j’ai lu de Karl m’a beaucoup plu jusqu’à présent, je veux bien en découvrir un autre !

  4. Je n’ai jamais fait ça en ballade, j’ai un peu peur que mon cheval (plus que peureux) s’embale pour rien…
    Le livre à l’air sympa par contre, à voir !!

  5. Avec un cheval peureux, en effet, c’est pas l’idéal ^^ moi j’ai pas encore osé non plus. En revanche, j’ai déjà fait un petit tour de la pension en longues rênes, c’est plutôt rigolo. Je sais que, au pire, si ma jument s’emballe, elle se contentera de retourner vers son pré…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *