L’équitation au féminin : le soutien-gorge de sport

Brassière KalenjiKalenji apporte une touche de couleur dans le domaine auparavent monochrome du sous-vêtement sportif

« à 20 ans on a le visage que la nature nous a donné, à 50 ans on a celui qu’on mérite ». Connaissiez-vous cette citation de l’innénarable Coco Chanel ? Cet adage s’applique également aux seins, que l’équitation malmène quand même un peu.

On n’en parle pas beaucoup, et pourtant le soutien-gorge de sport est un indispensable de la tenue de la cavalière. Il garantit une pratique agréable et confortable, et préserve la beauté de nos seins. Quelques détails sur l’élément le plus discret de nos gardes-robes de cavalières.

Pourquoi porter un soutien-gorge de sport à l’équitation ?

moving confort - rebound racer

Le dos en Y du soutien gorge Moving Comfort, qui garantit un bon maintien

Pour éviter la douleur : celles qui ont déjà tenté le trot en mode seins libres sauront de quoi je parle.

Pour préserver la beauté des seins. Soutenue quasi-exclusivement par de la peau, la poitrine tend à s’affaisser avec le temps. Le ballotement provoqué par un exercice sans soutien-gorge adapté abîme les seins et la peau qui les soutient.

Dernier argument, les soutien-gorge à armatures rigides peuvent blesser lors d’une chute. Autrement dit, on laisse son soutif de ville au placard pour pratiquer l’équitation.

Quelle taille faut-il choisir ?

Pas de surprise de ce côté-là : les tailles des soutien-gorges de sport sont les mêmes qu’en lingerie classique. À savoir, un chiffre pour le tour de poitrine et une lettre pour la taille du bonnet. Si le tour de votre poitrine fait 90cm et que vos seins rentrent dans un bonnet C, félicitations, vous faites du 90C !

Souvent, pour les bonnet A et B, ce qui est proposé comme soutien-gorge de sport ressemble davantage à une brassière qui plaque vos seins pour leur empêcher tout mouvement. A partir du bonnet C, la découpe permet que chaque sein soit soutenu individuellement.

Quel niveau de maintien pour l’équitation ?

Tous les soutien-gorges sportifs ne soutiennent pas de la même façon. Ils sont classés en 3 niveaux de maintien, définis en fonction de l’impact du sport pratiqué. Je ne prendrais pas la peine de les détailler. La seule chose à retenir est que l’équitation est l’un des sports qui a le plus d’impact sur les seins. On choisit par conséquent le modèle au maintien le plus important, sinon cela ne sert à rien. Pour un peu plus de détails, jetez un oeil à cet article sur les niveaux de maintien.

Dans tous les cas, on essaye son soutien-gorge en magasin, et on sautille avec pour s’assurer qu’il est bien confortable.

Les petits plus

Brassière Kalenji

Kalenji apporte une touche de couleur dans le domaine habituellement monochrome du sous-vêtement sportif

Les petits plus appréciables que l’on peut rechercher en choisissant son modèle :

  • Comme il doit plaquer la poitrine, ce type de sous-vêtement est assez difficile à enfiler et à retirer. Du coup, la fermeture à l’avant est un plus appréciable. En revanche, la qualité des fermetures éclairs nuisent généralement à la durabilité du produit…
  • Plus les bretelles sont larges, plus le soutien-gorge est confortable. A l’opposé, un soutien-gorge à fines bretelles vous sciera les épaules pendant l’effort.
  • Des coutures plates pour un sous-vêtement invisible même porté sous un petit top moulant.
  • Longtemps aussi disgracieux que possible, les soutien-gorges de sport ont récemment connu une belle progression sur le plan esthétique. Kalenji propose même de très jolies brassières de course faites pour être montrées. A ma connaissance, on ne sait pas encore quel effet ça aurait sur un carré de dressage, mais pourquoi

En conclusion, une polémique ?

Etant attachée à aborder tous les aspects envisageables d’une situation, je me dois de vous faire part de cette polémique : et si on n’avait pas besoin de soutien-gorge ? Au cours de mes recherches pour cet article, je suis tombée sur plusieurs textes relatant des effets nocifs du soutien-gorge ; et même sur le témoignage d’une femme ayant choisi de se passer de soutien-gorge, y compris pour monter à cheval ou courir, et qui affirme que ses seins s’en portent mieux ! Je n’ai rien trouvé de très détaillé, mais un argument a fait mouche, en me rappelant le débat sur les protections du cheval : soulager nos seins de l’apesanteur favoriserait le relâchement de la peau qui n’a plus besoin d’être solide puisqu’elle dispose d’un soutien permanent…

Alors, des cavalières motivées pour tenter l’expérience « Free the Boobies » ? 😀 Sinon, vous avez désormais les clés pour choisir votre soutien-gorge de sport 😉

Partager cet article →Share on Google+Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on Twitter

9 commentaires

  1. Aha, très sympa ton article ! Personnellement, pas de soutien-gorge de sport, vu la taille de ma poitrine (bonnet B). Comme tu le dit dans ton article, pour ces tailles là, ce sont des brassières qui plaquent les seins plus qu’autre chose, et franchement, j’étouffe :P.

    Et je peux même me permettre de monter sans rien… huhu (je ne l’ai fait qu’une fois, à cru sur ma bourrique, en ayant droit à un trot de poney, et ma poitrine en est sortie sans séquelle, alléluia) !
    Ta note à la fin me parle assez. Si on peut éviter le soutien-gorge au quotidien, ce n’est pas plus mal, parce que le bandeau comprime les muscles du dos et les bretelles en tension sur les épaules nous font contracter les muscles, ce qui cause maux de tête, mal au dos… ;). Enfin je dis ça, mais je ne le fais moi-même que très peu… pas bien :P.

  2. Ouais, ça m’a un peu perturbé de tomber là-dessus ! D’autant plus que pour ma part, c’est l’équitation qui m’a mis aux soutifs ! Quand j’avais 13-14 ans, ma mère m’a acheté mes premiers soutifs et j’oubliais tout le temps de les mettre… Une ou deux séances un peu douloureuses, et je n’ai plus jamais oublié ^^

    Donc d’un côté, bretelles qui cisaillent et agraphes qui rentrent dans le peau, et de l’autre étouffement. La peste ou le choléra, quoi :/

  3. Aha, je comprends que tu n’ais plus oublié d’en mettre :P.
    Autant je pense qu’au quotidien on peut tenter de l’éviter, autant pour des séances de sport, dont l’équitation (surtout l’équitation ? ^^), c’est un peu inévitable, selon la sensibilité de chacune.

  4. Perso je met des soutifs normaux, n’ayant pas une poitrine de ouf non plus, ça me suffit amplement ! Des fois je me un soutif de sport quand je compte faire bcp de trot assis, mais sinon….

    Sinon article très simpa et tres complet! merci

  5. Même pour le galop, tu mets un soutif normal ? Hey, vous avez des seins en béton toutes les deux ^^ J’suis toute seule les avoir en papier crépon ?

  6. Justine

    quel chance …. moi et mon 90E ont vous envie ^^ esque vous savez S’il y a ce genre de soutifs de sport a décathlon ?

    merci 🙂

  7. Pingback : 9 astuces & produits beauté du cavalier en été - Ekitado

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *